«La mini maison écologique est l’oeuvre de ma vie.»

Cela fait déjà sept ans que Tanja Schindler, écobiologiste de la construction, vit dans la mini maison écologique de 35 mètres carrés qu’elle a elle-même construite. Chez elle, les personnes intéressées peuvent voir concrètement comment les matériaux naturels contribuent de façon essentielle à un climat intérieur sain. Des matériaux qui font du bien au corps et à l’esprit, que ce soit dans une «Tiny House» (maison minuscule) ou dans de grands complexes immobiliers.

Les micrologements sont tendance: «Il y a de plus en plus de ménages d’une personne, mais peu de logements petits, beaux et abordables. Ces dernières années, les constructeurs sont manifestement passés à côté des besoins de la population», constate Tanja Schindler.

C’est pourquoi les personnes qui visitent sa mini maison à Altdorf (Uri) sont ouvertes à
des solutions alternatives. Et quand elles se font construire ou entreprennent des
transformations, elles veulent également des matériaux bien tolérés.

Quand on entre chez elle, on comprend tout de suite. L’air n’est ni confiné, ni sec, il ne fait ni trop chaud, ni trop froid. L’atmosphère est exactement comme il faut. Tout simplement douillette. «Beaucoup pensent que les matériaux de construction naturels de qualité sont inabordables. À tort.» Idéalement, il faut intégrer les aspects écologiques dès la planification de la construction. «Construire avec des matériaux naturels tels que l’argile ou le bois est environ dix pour cent plus cher. Mais ces coûts peuvent être compensés par un mode de vie plus simple: on peut renoncer à la chambre d’amis et mettre un canapé convertible à la place, on peut réduire quelque peu la surface du salon ou économiser quelques mètres carrés dans la cuisine grâce à des éléments combinés mobiles. Et de toute façon, le bénéfice pour la santé n’a pas de prix.»

«Vis au contact de la nature, avec des sols en bois massif et des murs en argile.»
Tanja Schindler Ecobiologiste et inventrice de la mini maison écologique

Tanja Schindler propose des mini maisons écologiques, planifie les projets de micrologements sur la base de mandats et conçoit l’aménagement intérieur dans un esprit écologique.Ses client(e)s profitent de sa grande expérience et de ses solutions éprouvées dans la pratique: «Comme j’ai moi-même adopté ce mode de vie, je sais exactement ce qui fonctionne et ce qui ne fonctionne pas.»

Les micrologements tels que la mini maison écologique sont idéaux pour l’utilisation
intermédiaire de terrains constructibles: «Aussi curieux que cela puisse paraître, cette
solution de niche apporte une contribution pragmatique pour l’habitat densifié. Les mini maisons exploitent à des fins d’habitationdes parcelles centrales qui seraient restées en friche pendant des années.»

En compagnie d’autres personnes partageant ses idées, Tanja Schindler a créé l’association des micrologements, dont le but est de mettre en relation les propriétaires de terrains constructibles et les personnes à la recherche d’un emplacement.

Les principaux obstacles sont les prescriptions en matière de construction qui ne
prévoient pas les mini logements. «Beaucoup trop de solutions judicieuses passent à la trappe alors même qu’elles sont manifestement sûres et respectueuses de l’environnement. En tant qu’association, nous nous battons pour obtenir une plus grande marge de manoeuvre au niveau cantonal et communal.»

MINI MAISON ÉCOLOGIQUE
Idée née en:

2011

Première occupation de sa propre maison:

2013

Budget pour la reproduction:

CHF 250 000
(dont CHF 180 000 pour la mini maison)

Autres histoires